Conçu et réalisé par Éric Mac Lewis
© ericdentinger.com
2008-2020

SOUNDCLOUD
YOUTUBE
BELTED PLAID
PHILIBEG
BELTED PLAID
TARTAN DE FALKIRK (3ème siècle après J.C.)
KILT & PLAID
LES DESSOUS DU KILT (Soldats britanniques en 1815)

Kilt et cornemuse sont  les deux premiers mots qui viennent à l'esprit en France pour évoquer les culture et traditions écossaises.
Traduit par féileadh en gaélique écossais (gaél.), le mot kilt signifierait « revêtir » ou « plier des vêtements autour du corps » et pourrait venir - comme beaucoup de termes gaéliques d’ailleurs - de l’ancien norrois (langue scandinave) kjalta signifiant « tour » (ndla : peut-être lié au fait de faire le tour de la taille et du buste avec ce grand vêtement).
Le kilt est associé au tartan (breacan - gaél.), pièce de laine à carreaux de différentes couleurs, également nommée plaid (plaide - gaél. = couverture en tartan portée sur l’épaule).
Les tissus en tartan sont vieux de plusieurs millénaires et, à l’instar des cornemuses, communs à de nombreuses cultures. Le plus ancien modèle de tartan connu chez les Celtes est celui de Falkirk retrouvé dans une jarre contenant des pièces romaines : il date du 3ème siècle après J.C. (voir image supra). Le tartan est aujourd'hui avant tout associé au clan écossais.

Le XVIème siècle est semble-t-il une époque charnière dans l’apparition du kilt : on avait affaire alors au belted plaid (féileadh-mór, breacan an féileadh - gaél.) parfois nommé the Great Kilt qui désignait une étoffe en tartan allant jusqu’aux genoux pour les hommes et aux chevilles pour les femmes et maintenue à la taille par une ceinture (belt); le plaid couvrait également la partie supérieure du corps (voir images supra).
La première trace écrite de l’existence d’une ceinture sur le plaid date en effet d’un récit gaélique de l’irlandais Lughaidh O’Cleirigh (Lewey O’Clery), Beatha Aodha Ruadh Uí Dhòmhnaill ou The Life of Red Hugh O’Donnell; l’auteur y fait référence à des mercenaires écossais venus des Hébrides et employés par O’Donnell en 1594 : la ceinture est clairement indiquée comme étant disposée autour des reins et à l’extérieur du « manteau » décrit comme allant jusqu’au mollet, très coloré et garni de plis.
À cette époque donc, le tartan atteignait des dimensions suffisantes pour être orné de larges plis et maintenu par une ceinture extérieure. La partie supérieure pouvait au choix être rassemblée sur l’épaule gauche ou recouvrir intégralement le buste voire la tête pour se protéger des rigueurs du climat écossais.
La longueur du plaid fait parfois l’objet d’exagérations : jusqu’à 16 yards (14,63m) peut-on lire parfois, voire plus... Il y a d’abord une confusion entre la longueur du matériau employé et celle du vêtement final : comme on était obligé de coudre deux pièces de tissu pour obtenir la largeur de vêtement nécessaire de 50 à 60 pouces (entre 1,27 et 1,52m), il fallait disposer par exemple de 16 yards de tissu pour avoir une longueur finale de 8 yards (7,32m) qui paraît déjà surévaluée. Ensuite, des registres militaires du XVIIIème siècle font état d’une longueur de 3,25 yards ou 3 m environ pour le belted plaid : replacé dans ces proportions plus raisonnables, ce vêtement n’en demeure pas moins de taille imposante.
Les couleurs du tartan dépendaient en grande partie de la disponibilité des teintes, de la « mode » et parfois aussi des finances de la personne et non forcément de l’appartenance au clan : même si cette question demeure très controversée, cet usage a été généralisé à l’occasion de la renaissance du kilt (cf.infra) au XIXème siècle.

Et avant? Il n’y a que peu de sources fiables connues et les quelques reconstitutions historiques façon Braveheart (ndla - le film de Mel Gibson) préférent jouer - efficacement - la carte du romantisme celtique au détriment de la réalité historique. En l’absence de preuves antérieures à l’épisode de 1594, il est vraisemblable qu’avant le XVIème siècle les tissus en tartan n’étaient pas d’une longueur suffisante pour être utilisés comme un grand manteau avec larges plis et ceinture extérieure (caractéristiques majeures des belted plaid et des kilts d’aujourd’hui). En revanche, les quelques auteurs qui se sont exprimés sur le sujet insistent tous sur les couleurs vives des vêtements des Celtes.
Ainsi, l’historien Diodore de Sicile (Ier siècle avant J.C.) décrit des « chemises brodées et très colorées portées sur des pantalons appelés braies (communs aux anciens Celtes et toujours utilisés au Moyen-Âge - ndla) ».

Et après? Au début du XVIIIème siècle, la garde-robe écossaise a été complétée par la création du Small Kilt : féileadh-beag en gaélique, simplifié en philibeg, c'est la version courte du belted plaid avec seulement la partie du bas (tartan sous la ceinture).
La paternité de ce nouveau vêtement reviendrait à un... ressortissant anglais! D’autres sources semblent quand même attester que le petit kilt avait déjà été créé par les Highlanders eux-mêmes au siècle précédent.
Quoi qu’il en soit, le philibeg est le kilt moderne.
Le port de ce nouveau kilt sera souvent complété par celui d’une étoffe disposée sur l’épaule gauche (plaid, fly plaid ou piper plaid dans sa version plus longue - ndla) et rappelant l’aspect général de manteau de son glorieux ancêtre (voir image supra).

Dans cette histoire longue et parfois confuse il faut souligner un évènement qui faillit entraîner la disparition pure et simple de ce vêtement emblématique. Le dernier épisode des rébellions jacobites a donné lieu, dans le cadre d’un programme d’éradication de la culture Highlander, au Dress Act (1746) qui prohibait le port du kilt et du tartan dans les versions belted plaid ou philibeg.
Ce n’est que grâce aux mouvements de renaissance celtique du XIXème siècle - une fois le Dress Act aboli en 1782 - et, par un subtil retournement de l’histoire, à l’appui de la royauté anglaise de l’époque, que le kilt retrouva sa raison d’être et devint ou redevint, dans sa version philibeg, un symbole de la nation écossaise.

Pour résumer : 1. avant le XVIème, vraisemblablement pas de kilt mais un usage généralisé du tartan avec des tissus très colorés 2. à partir du XVIème jusqu’au XVIIIème : le belted plaid (great kilt) 3. à partir des XVIIème-XVIIIème : le small kilt ou philibeg.

Le Kilt